Mon travail du début à la fin

Académie de la Menuiserie – Bois de l’ONF

Grâce à l’ONF et autres exploitants, des forêts toutes proches, comme celle légendaire, de Compiègne, proviennent nos essences de bois : merisier, chêne, châtaignier, tilleul, hêtre, érable, frêne pour les meubles et les fenêtres.

Des pays reculés arrivent le Teck, les palissandres, l’acajou, plutôt pour des meubles d’extérieurs ou de salle de bain.

Des Landes provient le pin pour du bois blanc.

 

Jean-Noël juge la qualité des arbres allongés aux bords des allées : L’arbre doit avoir poussé droit pour éviter qu’il ne se déforme en le travaillant.

Académie de la Menuiserie Scierie

Académie de la Menuiserie
Scierie

 

Il est alors embarqué à l’aide d’un grumier et séjourne ensuite dans le clos de l’entreprise. Autrefois, les menuisiers laissaient l’arbre dans une rivière pour faire évacuer un maximum de sève.

Aujourd’hui, les troncs sont sciés sur une scierie mobile, puis couchés horizontalement sur des racks. Chaque planche est séparée de la précédente par un tasseau pour éviter que le bois ne pourrisse, et pour améliorer l’efficacité naturelle du séchage.

 

Académie de la Menuiserie - Les troncs sont couchés sur des racks

Académie de la Menuiserie – Séchage

 

Un an de séchage pour un centimètre d’épaisseur de bois. Les planches de 54 (sous-entendu 54 mm) demanderont donc 6 ans de séchage.

A l’atelier, les planches sont sciées à l’épaisseur et à la largeur voulue en vue d’un futur travail : c’est le délignage.

On rabote et on corroie la planche, c’est-à-dire que l’on aplanie la planche.

 

 

 

Académie de la Menuiserie – Tenon et mortaise

Académie de la Menuiserie Queues d'aronde

Académie de la Menuiserie
Queues d’aronde

Pour certaines parties du meuble, comme des portes, nous créons des tenons et des mortaises qui permettront un assemblage très solide et de qualité.

 

De la même manière, pour les tiroirs, nous créons des queues d’aronde.

Pour d’autres parties, nous allons les «chantourner» pour donner une forme, un contour.

 

 

Académie de la Menuiserie – Meuble monté à blanc

Le meuble est « monté à blanc » pour vérifier qu’il a été fabriqué sans erreur. C’est une étape de vérité : va-t-on poursuivre ou recommencer ?

 

La « carcasse » du meuble finie, nous utilisons la gouge avec précision pour faire apparaître le relief du motif. Une élégante sculpture donne alors le caractère au meuble. Il faut, comme on dit : « l’œil qui dessine et la main qui voit ».

Académie de la Menuiserie – Teintes, vernis ou cires

 

Pour imiter le style de vieux meuble (copie à l’ancienne), le passage dans la salle de torture, avec les chaînes, les poinçons, les griffes, apportent tout le tempérament au mobilier.

Vient ensuite le moment de la teinte, des vernis, des cires.